Chocolat chaud Espagnol

Ingrédients:

1 l. de lait d’avoine
100 g. de chocolat noir
40 g. de cacao en poudre non sucré
30 à 50 g. de sucre de coco
30 g. de maïzena
1 pincée de 4 épices (pour pain d’épices)

Préparation:

Faire Fondre le chocolat au bain-marie.

Faire chauffer le lait, le cacao, la maïzena et les épices jusqu’à ébullition, ajouter le sucre et le chocolat et continuer de faire cuire à feu doux jusqu’à ce que le mélange s’épaississe.

Déguster chaud avec de la chantilly, des marshmallows ou nature.

 

Livres pour enfants

0 à 3 ans:

La Collection T’choupi, une histoire à 2 voix de Thierry Courtin

Le Livre des bruits de Soledad Bravi

La Collection Max et Lapin d’Astrid Debordes et Pauline Martin

La Collection Avec mon doigts des éditions Usborne

La Collection Bébé Balthazar de Marie-Hélène Place et Caroline Fontaine-Riquier

Le Livre du Printemps/Été/Automne/Hiver/de la nuit de Rotraut Susanne Berner

Les imagiers à toucher des éditions Milan

Mon Tout Petit de Jo Weawer

Bébés Chouettes de Martin Waddel et Patrick Benson

Un peu perdu de Chris Haughton

Comme Toi de Jean-Baptiste Del Amo et Pauline Martin

Quand tu seras grand de Emily Winfield Martin

La Collection Les Émotions de Gaston de Aurélie Chien Chow Chine

Papa je t’aime beaucoup par Benoît Marchon

 

3 ans à 7 ans:

La légende du Colibri de Denis Kormann

Une lettre pour Lily La Licorne

La Collection La Famille Souris de Kazuo Iwamura

Le Sais-tu? Que tu ne dois pas tout savoir… de Mylen Vigneault et Maud Roegier

Est-ce que tu m’aimeras encore? De Catherine Leblanc et Eve Tharlet

Cachés dans la Mer/dans la jungle de Peggy Nille (Cherche et Trouve)

Va t’en, Alfred! Catherine Pineur

Poka et Mine, Le Football de Kitty Crowther

Brosse-toi le bec Cocopoulette de Clair Arthur et Vincent Mathy

La plus grande maison du monde de Leo Lionni

Contes pour grandir de l’intérieur de Jacques Salomé et Justine Brax

Le Grand Ménage d’Emily Gravett

Mon Amour d’Astrid Debordes (et tous ses autres livres d’ailleurs)

Le Conte Chaud et Doux des Chaudoudoux de Claude Steiner et Pef

La Petite Âme et la Terre de Neale Donald Walsch

Encore Plus Haut de Janet Bingham et Rosalina Beardshaw

La Couleur des Émotions de Anna Llenas

Nina en colère de Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon

Le Labyrinthe de l’Âme de Anna Llenas

Je t’aime (presque toujours) de Anna Llenas

Le Vide de Anna Llenas

La Grande fabrique de mots de Agnes de Lestrade

La Vallée des moulins de Noelia Blanco

Tout ce qu’il faut pour une cabane de Carter Higgins

Le monde t’appartient de Ricardo Bozzi

Les petits mondes de  Sébastien Chebret

Je t’aimerai toujours, quoi qu’il arrive… de Debi Gliori

Sauter dans les flaques et autres petits bonheurs des quatre saisons de Amélie Laffaiteur

La petite casserole d’Anatole de Isabelle Carrier

Où vont les étoiles le matin ? de Lalalimola

Le Bain de Berk par Julien Béziat

D’une petite graine verte par Mathias Friman

Diane danse par Luciano Lozano

Princesse Kevin par Michaël Escoffier

 

7 ans et +:

La Collection des Voyages Fantastiques de Téo & Léonie de Mélanie Corbat et Pascal Conicella

La Pire des Princesses d’Anna Kemp et Sara Ogilvie

Cache-lune deEric Puybaret

Le fabuleux voyage du bateau-cerf de The Fan Brothers

Le secret du rocher noir de Joe Todd-Stanton

Quand nous aurons mangé la planète de Alain Serres

L’épouvantail qui voulait voyager de Hervé Le Goff

À la recherche du bonheur de Juliette Saumande

La petite poule qui voulait voir la mer de Christian JOLIBOIS

La première fois que je suis née de Vincent Cuvellier

La Lune – Mon grand livre illustré par Laura Cowan

Pêcheur de Rêves par Christos

Petit bruit dans la nuit par Sabine De Greef

Les chats d’Aurélie par Charlotte Gingras

Calme et Attentif comme une grenouille d’Eline Snel

 

Les livres qui traitent de la mort et de la maladie:

Le Pays des Bulles et des Ballons d’Erika Fontaine et Sylvenn Conan

Un noeud à mon mouchoir de Bette Westera et Harmen Van Straaten

La croûte par Charlotte Moundlic

Lisette : La fin de vie racontée aux enfants par Annick Masson

J’attends Mamy par Severine Vidal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Liv & Ayden Denmark Street Londres

Participation à un exercice d’écriture proposé par Claire Zamora que vous pouvez trouver ici

 

Il y a de ces rencontres qui transcendent tout votre être et vous marquent jusqu’à la fin de vos jours. ***

Il était debout à côté du comptoir en train de plaisanter avec ses amis lorsqu’elle passa la porte. De grands yeux vert, un nez parfaitement dessiné, des lèvres pleines et quelques mèches brunes qui encadraient son visage blanc laiteux d’une beauté à couper le souffle.
« Ah, la voilà ! » s’écria Brody avant de s’élancer à sa rencontre.
« Je vous présente ma cousine Olivia, Liv pour les intimes. Elle est de passage en ville pour quelques jours. » Ayden posa son regard sur elle et son cœur rata un battement. Liv, la Liv qu’il avait rencontrée quelques années auparavant alors que Brody et lui n’étaient que des adolescents. Cette Liv avec laquelle il avait échangé son premier baiser était devenue une femme sublime au charme indéniable.
« Liv, je te présente Robbie, Isaac, Meghan et bien sûr Ayden que tu dois déjà connaître. »
****
Il était sexy en diable avec ses boucles chatain qui retombaient devant ses yeux noisettes. Je passai mon pouce sur sa cicatrice, juste en dessus de son arcade. J’aimai tellement observer son visage, sa mâchoire carrée, ses lèvres charnues. Voilà une semaine qu’il avait recroisé mon chemin dans ce bar. J’aimai penser que c’était un coup du destin. Il déposa un rapide baiser sur mes lèvres avant d’aborder un air subitement sérieux.
« Il n’y a vraiment rien que je puisse faire pour que tu restes ? »
« Je dois partir, je n’ai pas le choix… »
Il sortit du lit et attrapa son pantalon avant de se diriger vers la salle de bain.
Je l’observai s’éloigner, je savais que c’était la dernière fois que nous partagions le même lit. Je m’habillai à la va-vite avant de rejoindre ma chambre de l’autre côté du couloir.
Brody n’était pas au courant de notre aventure, il n’aurait pas compris. Depuis ce premier baiser échangé lorsque nous avions 14 ans le souvenir d’Ayden a continué à me hanter. Je n’ai jamais compris pourquoi j’avais eu autant ce garçon dans la peau, jusqu’à cette soirée au 12 Bar Club. Nous étions irrésistiblement attirés l’un par l’autre, nous dévorant du regard. J’étais partie me coucher sans parvenir à trouver le sommeil. Je savais qu’il dormait dans la chambre juste en face de la mienne, Brody et lui étant colocataires depuis leur première année d’université.
Je m’étais relevée cette nuit là pour me servir un verre d’eau. En entrant dans la cuisine je m’étais retrouvée face à lui vêtu uniquement de son bas de pyjama. Tout s’est enchaîné tellement vite… Ses lèvres sur les miennes, mes doigts fouillant dans sa chevelure dense alors qui pressait son corps contre le mien. Ses mains exploratrices soulevant mon t-shirt et cette étreinte intense qui s’en est suivie. J’avais ce besoin de me fondre en lui, comme si mon être tout entier avait patienté toutes ces années pour nos retrouvailles. Depuis, nous nous étions retrouvés chaque nuit dans sa chambre, animés par ce besoin viscéral de ne former qu’un. Mais la semaine arrivait à sa fin… Demain à l’aube je prendrai mon avion pour retourner chez moi, en Irlande.
***
« Qu’est-ce que tu fais assise là toute seule ? »
« J’avais besoin de m’imprégner de cette atmosphère Londonienne une dernière fois. »
Ayden s’assit derrière moi et m’enlaça. Nous restames ainsi à observer les passants et les lumières de la ville…
À cet instant il nous était égal de se faire surprendre par Brody ou les autres. Ils étaient certainement captivés par le concert qui se déroulait au 12 Bar Club, cet endroit où nous nous étions retrouvés il y a 1 semaine déjà, sur Denmark Street.
Je me sentais tellement en sécurité à l’abri de ses bras, ses bras que j’allais pourtant quitter dès demain. Il repoussa une mèche de mes cheveux de sa main avant de déposer un doux baiser sur ma joue.
« Ne t’inquiète, un jour viendra où toi et moi on se retrouvera. »

©Lou Lockwood

Tout ce qui est et sera publié en mon nom sur ce blog est, selon la convention universelle sur le droit d’auteur et les droits voisins, ma propriété et ne peut pas être utilisé sans mon accord.

Dans la hotte du père Noël

Il n’est pas toujours simple de trouver des idées de cadeaux de Noël pour nos enfants.

J’ai donc décidé de faire une liste de ceux qui ont eu grand succès auprès de MiniLou et MiniLune au fil des années et sur la durée:

  1. L’arc-en-ciel de Grimm’s
  2. Une cuisinette: Nous avons choisi celle d’Ikea qui est parfaite pour les petites bourses, les petits espaces, très bien conçue, mais surtout… en bois!
  3. Les amis arc-en-ciel de Grimm’s
  4. La Wheely Bug ou tous autres petits véhicules à roulettes (Bobby Car par exemple)
  5. La Wobbel Board ou autre marque: Nous avons une « Das Brett » qui fait très bien son travail!
  6. Les Legos (Duplo et les autres): Nous avons 3 grands fans de Lego dans la famille, MiniLou, MiniLune et leur papa… et oui même les grands enfants apprécient.
  7. Les Playmobil
  8. Les Polly Pocket
  9. La pâte à modeler: Je n’aime pas la Play-Doh, j’achète de la pâte à modeler à base de maïs qui est un peu plus dur à travailler au début, mais beaucoup plus écologique!
  10. Une poussette pour les poupées
  11. Les Barbies
  12. Une boîte à outils: En bois également, de la marque Janod pour notre part
  13. Des petites voitures
  14. Des livres (qui auront un article spécialement dédié)
  15. Des cubes de construction en bois
  16. Une draisienne/ un tricycle /un vélo: une draisienne BTWIN pour MiniLune car la selle est régable, ce qui est particulièrement agréable, car les autres étaient trop grandes pour elle. Un tricycle Smart Trike évolutif pour MiniLou avant de passer finalement au vélo de grand.
  17. Une trottinette: Micro Mini évolutive
  18. Un cheval à bascule
  19. Des patins à roulettes /rollers
  20. De la peinture à eau/ de la gouache/ de la peinture à doigts
  21. Des crayons de couleur / feutres
  22. Des livres de coloriage
  23. Un quiet Book: La marraine de MiniLou lui a offert « Bonjour Lapin » qui a toujours beaucoup de succès auprès de MiniLune aussi.
  24. Des déguisements
  25. Des Puzzles
  26. Une petite trousse à maquillage: Pour faire semblant il va de soi, de la marque Janod pour notre part.
  27. Une dinette: composée d’un service en porcelaine de chez Ikea, et de fruits, légumes fait au crochet par une créatrice de la région.
  28. Des jeux de sociétés: Les jeux Djeco et Haba ont été particulièrement appréciés
  29. Une luge/ un bob
  30. Des Tip Toi
  31. Un appareil photo: Le Kidizoom de Vtec dans un premier temps, puis le Nikon W100
  32. Une Lunii: Avec son Casque adapté aux petites oreilles.
  33. Une poupée : Nous avons choisi d’offrir une poupée noire comme première poupée, car nous avions été profondément choqué par une vidéo qui avait circulé sur les réseaux sociaux à propos des poupées de couleur.
  34. Un moyen de portage pour les poupées: Un buzzidil pour les poupons

Liste non exhaustive, qui est sujette à évoluer dans le temps.

Lorsque notre première fille est née, nous étions d’accord avec mon mari pour limiter les jouets en plastique, nous avons donc privilégié les jouets en tissu, carton et bois.

Une nuit pas comme les autres.

C’était le 22 février 2008. Il avait passé toute sa journée à m’ignorer dans que je sache pourquoi. Un ami à lui était passé à la maison et s’était même inquiété de son attitude à mon égard.
Je ne sais pas quelle heure il était exactement, mes souvenirs de cette soirée sont un peu flous… Après un flots d’insultes, je me suis réveillée de ma léthargie, s’en était assez, j’avais moi aussi des choses à lui dire et je voulais être entendue. Je me rappelle m’être assise à califourchon sur lui, lui maintenant les mains au dessus de la tête pour l’empêcher de me repousser avec une force herculienne sortie de nulle part et probablement alimentée par l’adrénaline. Je lui ai dit que ça ne pouvait plus durer, mais il ne m’a pas entendue. Je ne sais plus dans quel ordre les choses sont arrivées, je sais qu’il m’a lancé des objets dessus, dont une bouteille en verre remplie de sable. Je me rappelle qu’il m’a mordu alors que je me tenais au radiateur de l’entrée par peur qu’il ne me passe par dessus la rembarde comme notre matelas. Je me rappelle qu’il m’a tiré par les cheveux pour que j’aille récupéré le dit matelas dans la cour de l’immeuble… Je me rappelle avoir eu peur pour ma vie, avoir crié à l’aide, l’avoir menacé avec un minuscule couteau de cuisine, que j’ai fini par lâcher… Je n’aurai jamais pu le planter!
La violence de la situation m’a menée ailleurs, en dehors de mon corps, lui seul en a gardé le souvenir.
La police a sonné à la porte, il s’est enfermé dans notre chambre. Je me suis mise à pleurer, ça y est j’étais sauvée!
Il est parti en ambulance, ma mère est arrivée. On nous a escorté jusqu’aux urgences. Dans la salle d’attente où nous avons passé des heures, ça sentait le vomi… Je me rappelle qu’on m’a demandé de me déshabiller, qu’on ne m’a pas fait de radio, qu’on a pris en photo la marque de sa morsure sur mon poignet et que le médecin m’a laissé partir avec une ordonnance pour des dafalgans. Le lendemain j’avais un énorme hématome sur la cuisse, certainement dû à l’impact de la bouteille en verre qu’il m’avait lancée dessus.
J’ai dû aller chercher mes affaires à l’appartement, avec 6 policiers pour assurer ma protection vu qu’il ne souhaitait pas quitter notre domicile. Ses parents m’ont traitée de menteuse, ça ne sera pas les seuls… Ma propre mère m’a eu dit que je l’avais bien cherché, ma sœur V. que je choisissais toujours des hommes bizarres… Bons nombres d’amis prendront son parti…
Au procès qui aura lieu le 13 octobre 2008, la juge, pourtant une femme me dira: « je vous conseille d’abandonner les poursuites car vous vous êtes défendue, l’accusé avait des marques de griffures dans le cou » alors j’ai abandonné. Plus que la justice, j’avais le besoin de tourner cette page de ma vie. J’avais rencontré quelqu’un d’autre, quelqu’un que j’ai épousé 3 ans plus tard et avec qui j’ai construit ma famille.
Alors j’ai mis de côté la fois où il m’a empoignée le bras tellement fort que j’en ai gardé la marque, la fois où il me hurlait dessus comme un hystérique pendant que je faisais la vaisselle et que j’ai fini par lui balancé de l’eau en plein visage pour qu’il se calme, mais qu’il m’a foutu une beigne tellement forte que je me suis écrasée comme une merde tête la première sur le sol de la cuisine. Toutes ces fois où il rentrait du travail et trouvait une maison propre, et qu’il balançait sa bouteille de coca en plastique à travers la pièce après l’avoir terminée pour me signaler que je n’avais qu’à ramasser…
Je ne sais pas pourquoi j’ai eu envie de raconter cette histoire aujourd’hui… Sûrement parce que j’ai vu l’illustration de Fanny Vella sur les réseaux sociaux qui a fait remonter mes souvenirs, ou peut être parce que je ressens le besoin de poser ça quelque part pour m’en débarrasser et continuer mon chemin. Peut être aussi pour dire merde à toutes ces personnes qui ne m’ont pas crue… Voilà mon histoire, faites-en donc ce que voulez, croyez-moi ou pas… Ça ne changera plus rien !
Et puis aussi pour dire merci à ce héro silencieux que je n’ai jamais rencontré, mais qui a appelé la police cette nuit là, je ne sais pas s’il aurait fini par me tuer, probablement pas… Mais ça n’empêche que malgré tout, il m’a sauvé la vie cette nuit-là.

MiniLou, 6 ans 💕

Il y a 6 ans, après une grossesse compliquée et de longs mois d’attente avant d’enfin porter la vie, je devenais maman pour la toute première fois. J’étais remplie de doutes, mais toutes mes craintes se sont évaporées lorsque l’on t’a posée sur moi. J’ai vu ton visage si parfait, tu n’étais pas couverte de vernix et toute frippée comme ces bébés que j’avais vu à la TV. Les larmes ont coulé sur mes joues. Je n’avais jamais rien vécu d’aussi intense que de te donner la vie. Il faut dire que mon accouchement a été rocambolesque, mais j’en garde un souvenir merveilleux.
Tu as trouvé le chemin de mon sein toute seule, comme si tu l’avais déjà fait plein de fois, et tu as tété avidemment. Je n’ai ressenti aucun douleur, c’était une évidence. Tout à toujours été une évidence avec toi.
Tu as toujours été une petite fille facile, calme et réfléchie.
Gentille, un peu trop, avec une fâcheuse tendance à te laisser marcher sur les pieds.
Studieuse, avide de connaissances et exigeante avec toi-même, parfois trop d’ailleurs.
Le cœur sur la main, tu préfères donner que recevoir. Offrir un dessin, une fleur, un présent semble te procurer bien plus de plaisir que n’importe laquelle des attentions que l’on puisse te porter.
Pudique, tu n’aimes pas parler de ce que tu ressens, tu te caches pour pleurer. Même lorsque tu étais toute petite, tu retenais tes gros sanglots pour ne les laisser sortir que lorsque tu te sentais à l’abri dans nos bras.
Tellement empathique, tu pleures quand les autres pleurent. Parfois même encore plus qu’eux !
Hypersensible, tu ne comprends pas toujours le monde dans lequel on vit et la méchanceté gratuite.
Tu as aussi tes petits défauts. Tu sais te plaindre comme personne, et me faire sortir totalement de mes gonds, tirer la gueule sans que l’on comprenne pourquoi. Même si tu aimes le temps passé avec les autres, tu as besoin de retrouver ton calme à l’abri d’un livre ou de tes crayons et feutres. Tu pourrais dessiner des jours entier sans jamais te lasser. On a d’ailleurs parfois de la peine à te motiver pour des activités plus physique.
Bref, tu as 6 ans aujourd’hui et je me reconnais tellement en toi. J’aimerai pouvoir t’apporter tout ce que je n’ai pas eu: Des racines et des ailes…
Joyeux anniversaire ma princesse et merci, parce que grâce à toi, je suis devenue une maman pour la toute première fois. Ça a été une véritable révélation, grâce à toi, ma vie à pris un virage à 180°. Ce monde meilleur, construisons-le ensemble!
Je t’aime jusqu’à la lune et retour.

Ma vérité…

Maman, toi qui m’a donné la vie… J’ai toujours pensé que de m’abandonner était ton choix de vie. Tu ne semblais ni touchée ni concernée lorsque celle qui m’emmenait à jamais loin de toi te montrait des photos de la vie qu’elle allait m’offrir. J’ai grandi en me disant que tu m’avais donné une chance de connaître une vie meilleure loin de toi, et j’ai respecté tes choix en n’entreprenant pas de recherches pour te retrouver.
Aujourd’hui je sais que cette vérité n’était qu’une façade, et que la réalité était toute autre. Maman, on t’a volé ton enfant… Peut-être qu’ils t’ont dit que ton enfant était mort, ou que tu étais incapable de lui offrir une vie descente ? Ils m’ont vendu maman… A des gens qui pensaient faire une bonne action. J’ai 34 ans dans quelques semaines, enfin je crois, parce que cette date sur mon certificat de naissance est probablement fausse comme tout le reste, ton nom, cette photo de toi et moi que je garde toujours auprès de moi. Je voulais te dire maman, je n’ai pas toujours eu la vie facile, parce que ce je ne me suis jamais sentie à ma place. Peut être parce que ma place était auprès de toi. Mais je suis heureuse maman j’ai rencontré un homme bien, qui me respecte et m’aime et avec qui j’ai eu deux merveilleuses enfants. Je sais que où que tu sois, tu penses à moi comme je pense à toi. J’espère qu’à travers les nuages, l’univers te transmettra ce message… Je t’aime maman, j’ai mal maman… Parce qu’aujourd’hui tu me manques, que j’aurai voulu te dire que je vais bien, et que je connais le bonheur. Parce que comme toutes les mamans, je sais que c’est tout ce que tu aurais souhaité pour moi.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑