Un défi ou un écrit ~ Rouge Passion

Cette semaine dans le cadre du projet d’Agoaye, j’ai décidé de participer dans un premier temps à l’écrit.

J’ai longuement réfléchi à ce que je pourrais écrire sur le  » Rouge Passion « , et finalement, je me suis dit que le plus simple serait de vous le montrer.

Si le rouge passion devait être…

 

Un livre:

Stendhal-Le rouge.indd

Lorsque j’avais 10 ans, ma sœur aînée m’a lancé le défi de lire ce roman de Stendhal. Elle pensait que je n’irais pas jusqu’au bout… Non seulement elle a eu tord, mais ce roman m’a captivé jusqu’à sa dernière ligne. Je pense que même si je lisais déjà beaucoup à l’époque, c’est celui-ci qui a lancé ma passion pour la lecture. Depuis j’en ai lu bien plus que je ne pourrais les compter.

 

Un film:

 

affiche2

Un des volets de la magnifique série des Hannibal. Dragon Rouge n’est pas mon préféré, mais je trouve qu’il représente le Rouge Passion à merveille… même si, pour le cas, il s’agit plus d’un vice que d’une passion à proprement parler.

C’est dans le Silence des Agneaux que j’ai découvert Anthony Hopkins pour la première fois. Il est devenu mon acteur préféré, et depuis j’adore le cinéma, en particulier les thrillers psychologiques.

 

 

Une bande dessinée:

 

sambre1

Si vous n’avez pas eu l’occasion d’avoir une des BD de la série Sambre entre vos mains, je vous les recommande vivement! A l’époque où je l’ai découverte, mon père faisait encore partie du comité d’organisation du Festival de la Bande Dessinée à Sierre. (Suisse, VS)

Il est arrivé un jour avec deux livres et cette bande dessinée qu’il ne voulait pas que je lise à cause de son caractère hautement érotique. (Et oui, il y a des scènes dessinées qui sont plutôt explicites! Autant vous prévenir…)

Vu que j’étais une sale gamine beaucoup trop maligne, j’ai tout de même réussi à m’en emparer. J’ai tout de suite été transportée par l’histoire d’amour entre Julie, la gitane aux yeux rouges et Bernard Sambre, le riche bourgeois. C’est une romance à la Roméo et Juliette, avec du sexe en plus…

Depuis, ma collection s’est agrandie et d’autres volumes ont rejoint ma bibliothèque.

 

Une fleur:

red-rose-live-wallpaper-8f4b13-h900

La rose est ma fleur préférée… Mais cependant, les rouges ne sont pas celles que j’affectionne. Les plus belle d’entre toutes à mes yeux, se sont les roses blanches, parce qu’en plus d’avoir été les fleurs préférées de ma grand-mère, c’est aussi le titre de la dernière chanson que j’ai chanté pour elle sur son lit de mort… ♥

 

 

Une passion:

pot-de-peinture--pinceau--peinture--pinceaux_3315017

La peinture est une de mes nombreuses passions! Le rouge étant ma couleur préférée, je l’utilise souvent dans mes toiles acryliques.  Je peints principalement de l’abstrait, j’y transmets mes émotions. Mais j’aime aussi beaucoup dessiner.

 

 

Un parfum:

o.6364

Un de mes parfums féminins préférés. Je l’ai longtemps porté, mais j’aime bien le changement alors j’alterne souvent, et change selon mon humeur et la saison en restant presque toujours dans le rouge passion avec Hypnotic Poison et Le Baiser du Dragon.

 

Une saison:

vigne-rouge-bio-circulation-antioxydant-naturel-feuille-phytotherapie-jambes-lourdes-veines-sang-proprietes-9

L’automne est sans nul doute ma saison préférée. Premièrement parce que les couleurs sont magnifiques, mais aussi parce qu’il fait une température idéale la plupart du temps. C’est aussi la saison où je peux ressortir mes bottes, porter des collants sous mes jupes… Bref, je trouve que,  bien que je ne sois pas vraiment une fashionista, c’est beaucoup plus intéressant vestimentairement, que quand on meurt de chaud ou de froid.

Un fruit:

Je suis personnellement incapable de choisir entre un de ces 3 fruits… Ils ont chacun un truc qui me plaît que l’on ne trouve pas chez l’autre.

La pastèque est croquante et rafraîchissante.

Les groseilles sont acidulées.

Les fraises sont douces et parfumées.

Un légume:

Fresh red tomatoes

Ok, je vous l’accorde, la tomate n’est pas vraiment un légume, même si elle est cuisinée comme telle. Elle se cuisine de pleins de manières différentes ce qui en fait mon « légume » préféré!

Un accessoire:

cute-fashion-louboutin-photography-shoes-Favim.com-112144

Je n’ai pas une garde-robe très sophistiquée. J’aime les vêtements assez simple et confortable, mais une paire de chaussures, ça donne tout de suite un plus à n’importe quelle tenue. Evidemment les Louboutins, c’est un rêve que je ne suis pas prête d’exaucer, en plus c’est pas dans mes habitudes de dépenser autant pour des chaussures, mes plus chères étant des Dr Martens!

Une boisson:

beautistas-vin-rouge-bis

Le vin rouge est une des seule boisson alcoolisée que j’aime vraiment.  J’ai découvert ça lorsque j’avais 20 ans, quand j’ai commencé à vraiment cuisiner pour le plaisir et pas que pour me nourrir. J’invitais des amis à la maison et passais des heures à choisir un menu allant de l’entrée au dessert, en sélectionnant un vin par plat. C’est ainsi que j’ai appris à déguster, apprécier et me faire un palet.

Une pierre:

cseh-granat

J’aurais pu choisir le rubis, mais j’ai préféré le grenat qui est une des pierres que l’on trouve au Sri Lanka. Mes préférées restent tout de même la Pierre de Lune et l’Obsidienne Flocons de Neige pour leurs vertus.

Un pays:

112_drapeau-suisse-carre

Le Sri Lanka est le pays d’où je viens, l’Australie le pays où je rêve d’aller… Mais la Suisse reste le pays où j’ai grandi et où j’ai fait ma vie. Je m’y sens bien, et je l’aime passionnément!

Un style:

 

Malheureusement, j’ai pas le physique qui va avec, mais j’adore les cheveux rouges, le vernis rouge et le rouge à lèvre… Mais sur moi ça fait tout de suite  vulgaire genre vieille pute sur le retour

En tout les cas, l’esthétique tient un place importante dans ma vie vu que j’en ai fait mon métier. Et même si je ne pratique plus, et ne souhaite pas le refaire car j’ai d’autres projets pour ma carrière professionnelle, j’ai toujours été très sensible à ce domaine.

Un trait de mon caractère:

shutterstock_80253820

Je crois que ça se passe de commentaire…

Un rêve:

157516-5

Alors non, je ne rêve pas d’acquérir une PRS rouge, mais cette guitare a un rôle dans mon roman qui attend d’être terminé depuis 1 an… Evidemment, le choix de l’instrument n’est pas anodin vu que je suis moi-même musicienne et joue de 2 instruments, sans compter ma propre voix.

Bref, vous l’aurez compris, ce que j’ai souhaité faire transparaître à travers ces images, c’est des bribes de ma personnalité. Si je devais définir le rouge passion, je dirais qu’il me ressemble parce que le rouge est ma couleur préférée et parce que je suis une passionnée… Je ne sais pas faire les choses à moitié, je me suis toujours investie, voir trop dans tout ce que j’entreprenais, y compris les relations avec les autres.

Chacune de ses images me représente à sa manière… Mes goûts, mes passions, les choses que j’aime…

Et vous? Vous êtes aussi rouge passion?

Un défi ou un écrit ~ Ce qui me rend amoureuse

Cette semaine, dans le cadre du projet d’Agoaye, j’ai décidé une fois de plus de ne participer qu’à l’écrit.

youtube

Il y a 8 ans, j’ai rencontré un garçon intelligent, cultivé, drôle, tendre et gentil…
Je ne savais même pas que ça existait, ou du moins je pensais que c’était un privilège réservé aux autres.
Il a suffit d’un sourire pour que ma vie soit changée, mais je ne le savais pas encore.
J’ai d’abord découvert un ami précieux, à l’écoute, sur qui je pouvais compter en toutes circonstances et avec une ouverture d’esprit comme je n’en avais jamais vu. Il aimait les mêmes choses que moi, avait les mêmes passions. Il avait les yeux remplis d’innocence et croyait foncièrement en la nature humaine. Moi je ne croyais plus en rien… Il m’a redonné le goût de profiter de la vie. J’avais oublié le bien que ça faisait d’être insouciante. On a rêvé ensemble, toujours plus fort!
Et un beau jour, le 19 octobre 2008, nos lèvres se sont frôlées, il m’a prise dans ses bras et je me suis laissée aller pour la première fois depuis 4 longues années. Le temps filait à vive allure lorsque nous étions ensemble. Nous avons ri, nous avons souri…  Les semaines et les mois passèrent sans que nous ne sachions où tout cela allait nous mener.
Puis un soir, je me suis arrêtée au milieu du passage piéton et je l’ai regardé droit dans les yeux. J’ai senti au fond de moi que cet instant précis, ce millième de seconde était le moment idéal pour lui dire les mots les plus précieux que l’on puisse prononcer: « Je t’aime » et depuis là je n’ai jamais cessé de l’aimer!
J’avais trouvé plus que l’amour, j’avais trouvé un ami, le plus fidèle et le plus loyal de tous. Il m’a accueilli sous son toit alors que je n’avais nulle part où aller. Il a adopté mon chien alors qu’il n’avait pas demandé à en avoir un. Il s’est occupé de moi, il m’a rassurée, il m’a apporté une stabilité que je n’avais jamais eu. Il a guéri mes maux, m’a redonné confiance et m’a offert toute sa vie, sans limite, partageant jusqu’à sa famille et ses amis avec moi. Je ne croyais pas en l’amour avant de le connaître. Je ne m’imaginais pas me marier, avoir des enfants… Même si j’en rêvais, j’étais bien trop désabusée! Et pourtant avec lui j’ai dit oui, comme si c’était la chose la plus naturelle qu’il m’ait été donné de dire.
Nous avons vécu des épreuves, tout n’a pas toujours été rose… Mais je l’ai vu devenir un père extraordinaire, et un mari soucieux de protéger sa famille. Cette homme, je l’ai vu grandir… S’épanouir, devenir adulte. Et même s’il a connu le pire à mes côtés, il est toujours là, avec cette volonté de me rendre heureuse un peu plus chaque jour.
Depuis le premier jour, nous n’avons jamais cessé de partager ces longues heures de conversation. Lorsque l’on est que les 2, nous avons toujours 25 ans!

Ce qui me rend amoureuse de mon mari, cet homme extraordinaire… C’est qu’il me voit telle que je suis vraiment, mais surtout, il me fait oublier le temps qui passe. Il ne cesse jamais de se remettre en question face aux épreuves de la vie, je sais qu’il me respecte et qu’il ne me fera jamais souffrir volontairement. Mais surtout, il est mon meilleur ami… Celui avec qui je peux parler de tout, celui avec qui je peux rire de tout, celui avec qui je peux me disputer sans que ça aille la moindre conséquence sur l’affection que l’on se porte.
Lorsque j’étais enfant, je croyais que l’amour c’était de respirer à travers l’autre, de lui appartenir autant que de le posséder, fusionner, ne former plus qu’un… Aujourd’hui j’ai compris que le véritable amour, c’est celui qui poussent deux âmes à marcher côte à côte, main dans la main, en regardant dans la même direction. On a tous besoin d’exister à part entière et cet homme me pousse tout simplement à le faire chaque jour depuis que j’ai croisé son regard pour la toute première fois…

5

Roses des sables au chocolat noir

Ingrédients:

350 g de pétale de maïs sans gluten
100 g de margarine végétale
250 g de chocolat noir s/gluten et vegan

Préparation:

Faire fondre la margarine et le chocolat dans une casserole et remuer jusqu’à obtenir une consistance lisse. Ajouter les pétales de maïs et et mélanger délicatement pour les enrober de chocolat. Recouvrir une plaque de papier d’aluminium, et à l’aide de deux cuillères à soupe, former des petits tas en imitant la forme des roses des sables.

Laisser durcir minimum 1:00 au réfrigérateur avant de déguster.

 

 


Recette tirée du site CuisineAZ et réadaptée sans gluten ni plv

 

Cookies noix de coco et pépites de chocolat

Ingrédients:

120 g de margarine 100% végétale
1 pincée de sel
1 œuf
100 g de sucre roux
100 g de pépites de chocolat s/gluten et vegan
100 g de noix de coco râpée
1 fiole d’extrait de vanille
40 g de farine de quinoa
80 g de farine de riz complet
1/2 c.c de levure s/gluten

Préparation:

Battre la margarine et ajouter le sucre jusqu’à ce qu’il fonde. Ajouter l’œuf et l’extrait de vanille.

Incorporer délicatement les farines, le sel et la levure et continuer de battre jusqu’à obtention d’une pâte lisse et homogène. Rajouter finalement la noix de coco râpée et les pépites de chocolat et continuer de mélanger à la lécheuse.

Déposer sur une plaque recouverte de papier cuisson des petites boules équivalentes à une cuillère à café de pâte, bien espacées l’une de l’autre pour permettre au biscuit de s’étaler durant la cuisson.

Mettre au  four préchauffé à 180°C  jusqu’à ce que les cookies soient légèrement dorés.

 

 


Recette trouvée sur le blog d’une rêveuse et réadaptée à la sauce sans gluten, sans plv

Sablés Cannelle, Gingembre et Muscade

Ingrédients :

125 gr d’huile de coco
125 gr de cassonade
1 œuf battu
2 cc de cannelle
1 cc de muscade
1 cm de gingembre frais
1 pincée de sel
250 gr de farine

Préparation :

Battre le beurre ramolli et le sucre jusqu’à ce que le beurre fonde. Incorporer l’œuf au mélange ainsi que la cannelle, la muscade, le sel et un peu de gingembre râpé (selon vos goûts). Continuer de battre puis ajouter progressivement la farine. Quand l’appareil est bien uniforme, préchauffer le four à 150°C.

Former une boule avec la pâte et l’étaler à l’aide d’un rouleau à pâtisserie sur un plan de travail préalablement fariné. Former des biscuits avec des emporte-pièces et poser sur une grande plaque recouverte de papier sulfurisé. Enfourner une douzaine de minutes, jusqu’à que les sablés soit légèrement colorés.


Recette inspirée des sablés à la Cannelle trouvés sur le blog de Brin de Malice

Un défi ou un écrit ~ Aussi loin que les nuages

« Maman, grand-mamie elle est plus malade? Elle est partie de sa maison? Elle s’est envolée dans le ciel comme un ballon? »

C’est avec ses mots à elle que ma fille de 3 ans exprime la perte de sa grand-mamie qui nous a quitté hier soir, le 7 février 2016.

-Dis maman, c’est quoi être mort? C’est comme quand on dort?

– Non ma chérie. Quand on dort, on se réveille. Quand on est mort, le cœur s’arrête de battre, pour toujours. Le corps ne se réveille pas

-Oh… Il n’a plus mal alors?

-Non, il n’a plus mal. C’est comme si son enveloppe restait mais que l’intérieur s’envolait, comme un ballon, léger, libéré.

[Le Pays des Bulles et des Ballons ~Erika Fontaine]

C’est tout naturellement que le thème écrit de cette semaine dans le cadre du projet d’Agoaye a raisonné en moi comme une évidence…

J’ai réfléchi à différentes façons d’aborder ce sujet. En parlant de cette douleur atroce comme si l’on nous arrachait une partie de nous-même et qui ne disparaît jamais totalement? En écrivant un hommage à chacune des personnes qui a comptés dans ma vie? Non… il y aurait bien trop de choses à dire, et je n’ai ni le temps, ni le courage pour me lancer dans un tel écrit! Je me suis finalement rappelée qu’il y a plusieurs années en arrière, j’avais écrit un texte, du haut de mes 15 ans, pour décrire ce que j’avais ressenti lorsque j’ai perdu pour la première fois une personne qui comptait pour moi, et pas des moindres puisqu’il s’agissait probablement de la personne qui comptait le plus pour moi à cette époque…

Ce texte le voici:

Une âme immortelle:

Quand vous perdez quelqu’un, vous avez envie de tendre les bras au ciel pour attraper son âme, et la tirer vers vous.

On ne veut pas admettre qu’elle est loin, qu’elle ne reviendra plus.

On s’imagine que c’est juste pour quelques jours, quelques mois, quelques années, quelques siècles…

Et enfin, on est obligé d’y croire. Et ça fait tellement mal quand on perd quelqu’un. Tous ces souvenirs remontent à la surface, encore plus douloureux.

Et là, on voudrait tant que le monde cesse de tourner pour permettre à notre être si cher de nous rattraper.

Mais il faut comprendre que cette personne est partie dans un monde meilleur.

Car elle ne nous a pas encore appelé près d’elle.

Il faut parfois garder l’espoir de vivre car les personnes ne meurent pas pour nous le faire perdre.

Au contraire, elles renaissent en nous comme une part de bonheur.

tous droits réservés©loulockwood.com

Quelques jours plus tard, toute la famille était réunie pour dire au revoir à Mamie Cricri…

Nous avons raconté à tout le monde notre histoire du pays des bulles et des ballons.

Nous avons aussi allumé de nombreuses bougies pour éclairer le chemin qui y mène.

Et au-dessus de nos têtes, loin, très loin là-haut, s’envolait un ballon avec un grand sourire…

[Le Pays des Bulles et des Ballons ~Erika Fontaine]

Pour conclure cet écrit, je voulais simplement adresser un au revoir à tous ces ballons souriants qui volent à présent aussi loin que les nuages…

A Samuel, Lucie, Jeanne, Marcel, Henri, Victoire, Nelly, Marc, Jean-Michel, Aliyah et Christine, puissiez-vous danser dans les tourbillons du vent jusqu’à l’infini…

ballon_ciel

#Flow29jours

Durant ce mois de février, j’ai rejoint le défi #flow29jours du flowmagazine que vous pourrez suivre sur Instagram.

Ce défi consiste à poster une photo par jour pendant tout le mois de février en suivant des thèmes imposés.

Sans titre

Vous pouvez suivre ma participation à ce défi directement sur mon compte Instagram: loulockwoodblog.

Projet 52 édition 2016

Cette année j’ai décidé de rejoindre le Projet 52: 52 semaines, 52 thèmes et 52 photos. Vous trouverez toutes les informations sur le blog cestquoicebruit et pourrez me rejoindre dans ce défi si le cœur vous en dit en rejoignant ce groupe Facebook: Projet 52 édition 2016.

Voici les 52 thèmes à développer en photos durant les 52 semaines de cette année 2016:

12390837_714155498722012_3957825925752619149_n

Vous pouvez retrouver chacune de mes participations au fil des semaines sur mon compte Instagram: loulockwoodblog.

Crêpes

Ingrédient pour environ 10 crêpes:

– 150 g de farine de riz
– 100 g de maïzena
– 2 cuillères à soupe de sucre
– 2 oeufs
– 3 cuillères à soupe de margarine végétale
– 3 dl de lait végétal

Préparation:

Mélanger la farine, la maïzena et le sucre. Ajouter les œufs puis la margarine préalablement fondue. Fouetter et incorporer délicatement le lait végétal pour éviter la formation de grumeaux. Laisser reposer 30 minutes au frais.

Faire chauffer un peu de margarine végétale dans une poêle. Ajouter une louche de pâte à crêpes et répartir afin de recouvrir le fond de la poêle. Laisser cuire 2 minutes puis retourner. Reproduire autant de fois que possible. Garnir selon vos goûts!


Recette inspirée du Blog de Charlotte No Glu

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑